Content for class "TextCentre" id "TextCentre" Goes Here

En chute

Tradruit par George Krump

En chute a été prodruit par Le Nouveau Théâtre Anglais a L'espace libre Montréal, 2004, mise-en-scene Stéphane Zarov avec Linda Roy, Harry Standjofski, et Jacques Baril.

Synopsis de la pièce

Il s'agit d'une pièce classique. Un homme et une femme, Marou et Nathalie, ayant récemment subi un incendie causé par la négligence du mari, emménagent dans une nouvelle maison.

Leur relation maritale ‹ faisant depuis des années l’objet des chroniques de Marou ‹ a atteint un degré insoutenable d'aigreur. Malgré tout, Marou continue de rédiger la biographie de sa femme; ouvrage auquel elle n'a d’ailleurs jamais consenti.

Un troisième personnage, Hump, apparaît et se présente comme un remplaçant potentiel du mari. Nathalie lui donne donc sa biographie à lire et ‹ peut-être ‹ à compléter. Non sans un peu d’encouragement, Hump,  accepte d'emménager avec Nathalie à la condition, bien sûr, que Marou s’en aille. Marou offre non seulement de s'en aller mais de se suicider et quitte la scène pour s'exécuter.

Croyant son mari mort, Nathalie s’engage dans un deuil profond. Le nouvel homme, Hump, interprète ce deuil comme une menace pour sa vision positive du monde et exhorte Nathalie à moins de misérabilisme. Elle refuse catégoriquement.

Ayant raté son suicide, Marou réapparaît soudainement. Hump s’en va et le vieux couple se retrouve acquiesçant et regrettant de part et d'autre leurs comportements antagonistes de tout à l'heure. Ils entreprennent de redéfinir leurs attentes alors que leur nouvelle maison prend feu.


Le monde dans lequel vivent les personnages de En Chute en est un à l'intérieur duquel on glisse d'une illusion à la suivante, graduant la pièce jusqu'à ce qu'on se demande : à quel point doit-t-on souffrir de ces illusions avant que la réalité ne soit appelée à y mettre un peu d'ordre?


Et quelques-unes des autres questions qui sont posées sont: quel est le dernier extrême à atteindre et pourquoi persister à l'atteindre sur la mauvaise voie? Ou bien pourquoi ne pas persister sur la mauvaise voie si elle devait en réalité s'avérer la bonne voie? Et pourquoi a-t-on peut-être d'abord opté pour le mauvais choix, et d'où vient ce besoin d'insister quand on se trompe? Peut-être que ce qui est alors demandé, en définitive, c'est : devrait-il y avoir d'autres choix, personnels ou politiques, pour lesquels on pourrait opter et qui empêcherait le pire de se produire?


Le mal dont souffre les personnages de En chute découle du fait qu'ils suivent un patron et sont réduits à se représenter leur vie et le monde environnant, à partir de ce qu'ils sont convaincus de savoir, c'est-à-dire ce que chaque personnage est convaincu de savoir à propos de lui-même et à propos de l'autre. Et ce qu'ils connaissent provient des "ismes" qui sont leur point d'ancrage et auxquels ils adhèrent : le pessimisme1., l'optimisme2. et le romantisme3.. Ainsi la bataille qui fait rage en est une de visions du monde qui s'opposent.

1. Disposition d’esprit qui porte B prendre les choses du mauvais côté, B être persuadé qu’elles tourneront mal.
2. Doctrine selon laquelle le monde est le meilleur et le plus heureux possible. Tournure d’esprit qui dispose B prendre les choses du bon côté, en négligeant leurs aspects fâcheux.
3. Mouvement de libération du moi par réaction contre la régularité classique et le rationalisme philosophique.

Du metteur en scène Stéphane Zarov

 

Critique du spectacle